Skip to content

Parashat Bechoukotay

L’étude de ce Dvar Torah est consacrée a la mémoire de Hanna bat zahra, Hanania Rephael ben Hanna,Mahlouf ben Merima, Diamanti bat Messaouda, Raphael ben Yaakov, Gracia bat Hanna,Jais ben Rahel, Eliahou ben Hanna, Amram ben Zarha.

Le Labeur dans la Torah

1. Qu’est-ce-que le labeur dans l’etude de la Torah ?
2. L’Education de la Yeshiva
3. L’exemple ultime de la continuité

Qu’est-ce-que le labeur dans l’etude de la Torah ?

…אם בחקתי תלכו…ונתתי גשמיכם בעתם

(Si vous suivez mes lois … Je vous donnerai la pluie le moment venu …)

Comme l’explique Rachi, ce verset nous enseigne au sujet de « ceux qui peinent dans l’étude de la Torah » (שתהיו עמלים בתורה). En effet, le Hazon Ish fait remarquer que tous les bra’hots dans les versets suivants sont réservées pour ceux qui s’exercent dans l’étude de la Torah. Ce concept de labeur dans l’etude de la Torah connu en hébreu comme amal ba’Torah ne se réfère pas seulement à l’effort intellectuel, comme nous le verrons.

Un signe de Amal ba’Torah est d’etre totalement absorbé dans l’etude de la Torah. On peut assister a cela dans un Beit Midrash ou les partenaires d’etudes expriment leurs opinions a haute voix sans déranger ceux qui etudient a coté d’eux. Comparez cela avec la bibliothèque ou une salle d’étude dans le monde laic où il est admis que les gens ont besoin de silence pour se concentrer.

Ce n’est là qu’une des nombreuses différences entre les methodes d’apprentissage dans le monde par rapport à ceux de la yeshiva. En effet, de nombreux étudiants de la yeshiva ne sont pas conscients des nombreuses différences importantes dont ils tiennent simplement pour acquis. Il ya quelques années, un professeur non-religieux israélien a visité la Yeshivat Mir de Jérusalem ou étudient près de 6.000 étudiants – il note certaines differences:

L’étudiant a la yeshiva étudie et explique son point de vue en utilisant ses mains.
Il se balance souvent en étudiant.
Il étudie habituellement avec un partenaire.
Quand il pose une question au professeur, il se lève et va vers l’enseignant. Par respect, il a l’habitude de rester debout pendant que l’enseignant reste assis.Ceci est différent de la classe laïque où l’étudiant leve habituellement sa main, et l’enseignant répond a la question alors que l’étudiant reste assis.
A la yeshiva, l’étudiant doit être capable de gérer relativement de longues périodes de concentration – parfois même de quatre heures et demie. Ceci est très différent du système éducatif laique où l’apprentissage s’etale sur des périodes de classe qui ont tendance à ne pas depasser plus d’une heure.
Les salles d’étude des yeshivot sont bruyantes, et cela ne semble deranger personne. Au lieu d’apprendre par la lecture avec les yeux seulement, les étudiants insistent sur le fait de reformuler avec leurs propres mots, ce qui ralentit considérablement la lecture.
Une forme de questions-réponses est très largement utilisé.
Les téléphones portables ne sont pas autorisés dans le Beit Midrash.

L’Education de la Yeshiva

Après avoir réfléchi à ces différences, le professeur est parvenue à la conclusion que l’enseignement et l’education a la yeshiva est meilleur et plus performante. “Education” vient du latin «educor” – qui veut dire retirer ou extraire. Et c’est justement en rapport avec la maniere d’enseigner a la yeshiva.Permettez-moi de préciser.

Après s’etre fait interroger par un professeur, l’esprit de l’élève sera en extraire les informations de son propre chef. La véritable éducation consiste à tirer des conclusions par le biais des conseils de l’extérieur. Il en résulte pour rappel que c’est de loin supérieur à celui de l’étudiant qui n’est responsable que d’avaler de l’information. Lors de l’étude par paires, l’étudiant doit être capable de reformuler les informations et les idées dans ses propres mots en les retransmettant. En apprenant par paires, chaque partenaire stimule l’intellect des autres pour optimiser les résultats.

Reformuler les informations et les idées avec enthousiasme (même si c’est parfois pas naturel), permet une mise au point et contribue à la mémoire à long terme. Des études ont démontré que les étudiants absorbent l’information dans les classes bruyantes mieux que dans les classes silencieuses. La technique couramment utilisée qui consiste à parler a voix basse en augmentant progressivement le son de sa voix ajoute à l’excitation de l’auditeur sur les informations et les idées en cours de discussion.

Le balancement tout en apprenant influence la chaleur du corps et favorise la circulation sanguine, envoi de l’oxygène au cerveau ce qui ameliore la concentration. C’est pourquoi il est plus efficace d’étudier en position debout,de meme pour le rythme ou la marche. (Il n’est pas surprenant que la théorie de la relativité ai été conçu tout en marchant!) Les mouvements du corps garde l’esprit éveillé, et apporte de l’émotion dans l’apprentissage.

Bien que les observations du professeur soient révélatrices, il ya beaucoup de choses qu’il ne pouvait pas être au courant. Dans les coulisses, la première décision consciente qu’un étudiant d’une yeshiva doit prendre est de savoir où il place l’étude de la Torah dans sa hiérarchie des valeurs. Une bonne source pour l’étudiant sérieux se trouve à la fin du Pirké Avot (6:5) où les 48 traits et les techniques nécessaires pour réussir dans l’acquisition de la Torah sont répertoriés. Toutes les bénédictions attribuées à celui qui peine dans la Torah sont pour l’apprentissage à travers ces 48 “moyens”. Le premier sur la liste est la continuité dans l’apprentissage. Nous le voyons clairement dans la maniere dont le Hafetz Haim decrit une session d’etude de la Torah: elle doit être ininterrompue a moins que quelque chose arrive qui doivent être pris en charge spécifiquement par l’apprenant (Mishna Beroura,Shaar HaTzion 250:9). L’exemple ultime de continuité dans l’etude (en dehors de Moché Rabbénou) a été celle de Rabbi Akiva.

L’exemple ultime de la continuité

Rabbi Akiva a été encouragé par sa femme Rachel afin de maximiser son potentiel dans l’étude de la Torah loin de chez eux pendant douze années. Rabbi Akiva a grandi dans ses études et devient Rosh Yeshiva de 12.000 étudiants. Lorsque les douze années sont passées, Rabbi Akiva rentre chez lui avec ses élèves, tout en exprimant la gratitude qu’il éprouvait envers son épouse. Tout notre étude est par son mérite, il leurs a dit. Avant d’entrer chez lui, il entendit sa femme dire à un ami que si cela ne tenait qu’à elle, elle serait très heureuse si son mari pouvait continuer à etudier douze années supplémentaires. En entendant cela, Rabbi Akiva est retourné à sa yeshiva pour compléter un total de vingt quatre années d’étude de la Torah sans interruption. (Ketoubot 63 b).

Rabbi haim Shmoulevitz pose la question suivante: pourquoi Rabbi Akiva n’est pas entrer chez lui pendant quelques minutes, et bu une tasse de thé avec sa femme avant de retourner etudier pour une période supplémentaire de douze ans? Sa réponse est incroyable: dans ce cas, douze plus douze n’est pas égal à vingt quatre!

Mais, on peut se demander, la question ne reste-elle pas? Si Rabbi Akiva avait déjà quitté la yeshiva pour rejoindre sa femme n’avait-il pas déjà rompu sa continuité?

La réponse à cette question nous fournit une règle importante. Tant que Rabbi Akiva faisait ce que la Torah attend de lui – telles que les visites à domicile pour la famille qui est une obligation – il était encore dans le même flux de constance en étude de la Torah en vivant conformément à ses obligations.Mais une fois qu’il a entendu sa femme dire qu’elle serait heureuse si son mari pouvait continuer à etudier encore douze annees, puis entrer dans sa maison pour ses propres motifs interromprait ses vingt quatre années d’apprentissage sans interruption.

Tout ce qui interrompt la continuité, comme l’utilisation des téléphones cellulaires, est une brèche dans une session d’étude appropriée. Je me souviens d’une application plus subtile de cette importante principe. Dans une yeshiva où j’ai étudié, il n’y avait pas de verre pour boire à la fontaine d’eau.Soucieux d’offrir aux étudiants la possibilité de boire d’une facon plus convenable, j’ai mis en place une «cotisation pour financer des verres.” Mais quand le Rosh Yeshiva en a eu connaissance, il s’approcha de moi et m’a demandé s’il pouvait faire don de tous les verres. Il voulait que sa yeshiva ne sert a rien d’autre a l’exception de l’etude de la Torah.

Au cours de cette période de l’année en particulier – la période de Sefirat Haomer – nous devrions nous rappeler que la bonne approche pour étudier la Torah rejoint au chemin de Matan Torah et au tabernacle. Le Ba’al HaTourim écrit que les deux chérubins qui se font face au dessus de l’Arche sainte symbolisent (entre autres) deux élèves apprenant ensemble, à poser des questions et répondre à l’autre (Sh’mot 25:18). En outre, la façon dont nous avons accepté la Torah au Mont.Sinaï – avec le tonnerre, la foudre et le feu – est la façon dont elle doit être transmise à travers les générations. Concrètement, cela signifie que quel que soit l’excitation du “feu” que nous mettons dans notre étude de la Torah est essentielle pour revivre Matan Torah. L’unité et la responsabilité mutuelle – comme tous les 48 conditions énumérées dans Pirké Avot – sont absolument nécessaires pour étude de la Torah.Ceux-ci, aussi, ont été un élément crucial d’accepter la Torah au Mont. Sinaï (כאיש אחד בלב אחד). C’est ainsi que nous avons accepté la Torah – et la seule façon qu’elle peut être transmise et dans sa forme originale. Ces qualitées sont tellement crucial que tous les 24.000 élèves de Rabbi Akiva ont péri parce qu’ils ne les possèdées pas dans la mesure où ils auraient dû. Ainsi, en dépit de leur apprentissage de qualité supérieure, ils ont été empêchés de transmettre la torah aux générations futures.

Shabbat Shalom
yosefarhi@gmail.com

L’étude de ce Dvar Torah est consacrée a la mémoire de Hanna bat zahra, Hanania Rephael ben Hanna,Mahlouf ben Merima, Diamanti bat Messaouda, Raphael ben Yaakov, Gracia bat Hanna,Jais ben Rahel, Eliahou ben Hanna, Amram ben Zarha.

About the author, Yosef

Leave a Comment